Ecosocialist Notebook

Preface to the French edition of ‘Too Many People?’

“A remarkably well-documented book that debunks this overpopulation myth.” —Serge Mongeau’s preface to Une planète trop peuplée?, in English and French


As I reported two weeks ago,  the Québec publisher Les Éditions Écosociété has translated and published the book that Simon Butler and I co-wrote, Too Many People? Population, Immigration and the Environmental Crisis (Haymarket Books, 2011).

The French edition, titled Une planète trop peuplée? Le mythe populationniste, l’immigration et la crise écologique, features a new Preface by Serge Mongeau, who is the founder of Écosociété and was a candidate for Québec solidaire in the 2008 Québec general election.

Below is a translation of that Preface, followed by the original French text, both published with permission from Les Éditions Écosociété.


Une Planete Trop PeupleePreface to the French edition of “Too Many People?”
(translation by Ian Angus, with assistance from Richard Fidler)

by Serge Mongeau
August 2014

Although it is not yet unanimous, a consensus seems to be emerging around the idea that we – humanity – are consuming more than Earth can produce, to the point of endangering the processes that make human existence on this planet possible. This, together with the fact that our drive to consume doesn’t make for fulfilling lives – indeed it diminishes them – has led many people to conclude that we must reduce our consumption.

But the capitalist system, which is based on unlimited economic growth and relentless increase in consumption, cannot accept that diagnosis. Those who profit from the current world order (or disorder, we should say) do not want to change anything – they seek ways to continue as usual without making any real changes. Many proposals for sustainable development fit that description: inventing cars that are less harmful to the climate, finding new sources of energy to replace oil, getting rid of carbon by burying it under the sea. In a society that is stripping us of our humanity, transforming us into slaves of production and consumption, such proposals seem disturbingly naïve.

Much less naïve and definitely more dangerous are the followers of Malthus, who use the metaphor of a banquet to defend the populationist argument: In their view, there are simply too many people at the table, so to feed everyone we must reduce the number of “guests.” It is always easier to shift the blame for the world’s problems to a scapegoat — and in an age that worships numbers, there is nothing that fits the role better than overpopulation. If one person is responsible for so many kilos of greenhouse gas, then ten people produce ten times as much — and since there is too much greenhouse gas, we only need to reduce the number of people on Earth and the problem will be solved! As if all individuals are equally responsible …

Too Many People? is a remarkably well-documented book that debunks this overpopulation myth. It clearly demonstrates that even if we stopped having children tomorrow, global warming would not slow at all. Focusing our efforts on population reduction only diverts attention from real problems and, above all, delays the adoption of effective measures to solve them.

The world’s population is now 7.2 billion. It is expected that growth will continue for some years, stabilizing around 10 billion shortly after 2050. Almost all the growth is occurring in the third world, and so, according to the neomalthusians, that’s where action must be taken. Some populationists propose radical solutions such as stopping all aid to developing countries, letting nature take its course and tyrants do their part. Obviously, this implies sealing the borders of rich countries even more firmly against the world’s poor, those who are seeking better lives. Others propose implementing massive birth control programs in countries with high rates of population growth. Since, in their view, programs based on education are too expensive and take too long to produce concrete results, the example of the authoritarian methods employed in China have great appeal.

But, isn’t even considering such solutions a sign of dehumanization? What society would do such things, where would it stop? Even if the reasoning underlying them may seem rational, is pure rationality everything? For human problems, there must be humane solutions …

Indeed, at that famous banquet, there are some people who don’t have enough to eat, and others for whom there is no room at the table. Why? Simply because a small group of guests has arranged for all the dishes to be placed at one end of the table, where they can gorge themselves and waste much of what is before them without remorse. In industrialized countries, we throw out tons of food waste, and the food we do eat, including a huge amount of meat, monopolizes resources that could feed far more people. Modern agricultural methods make it possible to cultivate large areas with little labor, but they are less productive, in yield per hectare, than traditional farming. By eating less meat and using more intensive agriculture, we could feed more than 10 billion people today.

The issue of overpopulation is important for the left, but opinion is divided. Even people of good will are confused by the simplistic formulas of the Ehrlichs and other populationist theorists. As a result, they find themselves allied with reactionaries who, under the pretext of protecting humanity’s future, work to increase global inequality by eliminating the poorest people and closing the borders of rich countries ever more tightly.

That is not the way to go. Only radical change, in our way of life and our entire social system, can head off the impending disaster. We must provide everyone access to the basic necessities for a fulfilling life, while respecting the limits imposed by nature.


TMP-CoverPreface a l’edition francaise de “Une planète trop peuplée?

par Serge Mongeau
Août 2014

Bien qu’il ne soit pas encore total, un consensus semble se dégager autour de l’idée que nous, les humains, consommons au-delà de ce que la Terre est en mesure de produire, et ce, au point de mettre en danger les mécanismes qui permettent l’existence humaine sur cette planète. En conséquence, bien des gens ont compris qu’il fallait diminuer notre consommation. Sans compter que, dans nos pays industrialisés, nous sommes de plus en plus nombreux à constater que notre fuite en avant dans la consommation ne contribue en rien à notre épanouissement, bien au contraire.

Mais le système capitaliste, qui repose sur une croissance économique illimitée et sur une augmentation incessante de la consommation, n’accepte pas ce diagnostic. Celles et ceux qui tirent profit de l’ordre mondial actuel (ou du désordre, devrait-on dire) ne veulent rien y modifier, cherchant plutôt des moyens de le faire perdurer sans opérer de changements véritables. Nombre de propositions du développement durable vont dans ce sens: inventer des automobiles qui ont moins d’effets nocifs sur le climat, trouver de nouvelles sources d’énergie pour remplacer le pétrole, se débarrasser du carbone en l’enfouissant au fond des mers, etc. Naïveté inquiétante, considérant que la société actuelle est en train de nous dépouiller de notre humanité en nous transformant en esclaves de la production aussi bien que de la consommation.

Beaucoup moins naïfs et sans doute plus dangereux sont les disciples de Malthus, qui font usage de la métaphore du banquet pour défendre leurs idées populationnistes: de leur point de vue, il y a tout simplement trop de convives à la table et si nous voulons qu’il y ait assez de victuailles pour chacun, il convient tout simplement de diminuer le nombre d’«invités». Pour eux, il est beaucoup plus facile de désigner un bouc émissaire sur lequel rejeter la responsabilité des problèmes du monde et la surpopulation ne pouvait mieux remplir ce rôle, en cette époque si soumise aux chiffres. Si un individu est responsable de tant de kilos de gaz à effet de serre, dix individus en produiront dix fois plus; et s’il y a trop de gaz à effet de serre, et bien il n’y a qu’à réduire le nombre d’individus sur Terre et le problème sera réglé! Comme si tous les individus se comportaient de la même façon …

Une planète trop peuplée? est un livre fort bien documenté qui déboulonne de façon remarquable ce mythe de la surpopulation. Il démontre clairement que, même si on cessait dès demain d’avoir des enfants, cela ne diminuerait d’aucune façon le réchauffement climatique. En conséquence, mettre tous nos efforts pour réduire la population n’est qu’un moyen de détourner notre attention des problèmes réels et, surtout, de retarder l’adoption de mesures concrètes pour y remédier.

La population mondiale vient d’atteindre les 7,2 milliards d’habitants. Sa croissance devrait se poursuivre pendant quelques années encore, avant de se stabiliser autour de 10 milliards peu après 2050. C’est presque uniquement le tiers-monde qui contribue à la croissance démographique. Et, selon les néomalthusiens, c’est sur ce plan qu’il faudrait agir. Certains populationnistes y vont de solutions radicales: cessons toute aide aux pays en développement, laissons la nature faire son œuvre et les tyrans jouer leur rôle. Évidemment, cela implique de fermer encore plus hermétiquement les frontières des pays riches aux déshérités de ce monde en quête d’un sort meilleur. D’autres suggèrent d’implanter des programmes massifs de contrôle des naissances dans les pays à forte croissance démographique ; mais à leurs yeux, de tels programmes ne devraient pas reposer sur l’éducation, qui est trop coûteuse et qui met trop de temps à produire des résultats concrets. Dans ces circonstances, l’exemple de la Chine, avec ses méthodes autoritaires, en fait saliver plus d’un.

Mais … envisager de telles solutions n’est-il pas déjà un signe de notre déshumanisation? Quelle société se lancerait dans de ce type d’actions et où s’arrêterait-on? Certes, le raisonnement qui les sous-tend peut sembler rationnel, mais ne sommes-nous que des cerveaux? À problème humain, il doit bien y avoir des solutions humaines …

En réalité, à ce fameux banquet, il y a à l’heure actuelle des gens qui ne mangent pas à leur faim et d’autres à qui l’on n’a même pas fait de place à la table. Pourquoi? Tout simplement parce qu’un petit groupe de convives s’est arrangé pour que tous les mets soient placés à un seul bout de la table, là où ils peuvent se goinfrer et gaspiller sans remords une bonne partie de ce qui est devant eux. Dans les pays industrialisés, on jette aux ordures des tonnes d’aliments; et les choix alimentaires comme la grande quantité de viande consommée monopolisent des ressources qui permettraient pourtant de nourrir un nombre beaucoup plus important d’individus. Également, les méthodes agricoles modernes, si elles permettent de cultiver de grandes surfaces en employant peu de main-d’œuvre, ne se comparent pas aux méthodes traditionnelles en termes de rendement à l’hectare. Avec une alimentation moins carnée et une agriculture plus intensive, nous pourrions en effet nourrir dès aujourd’hui plus de 10 milliards d’habitants.

La question de la surpopulation est importante pour la gauche, mais celle-ci est divisée sur le sujet. Même des gens de bonne volonté se laissent mystifier par les formules simplificatrices des Ehrlich et autres théoriciens du populationnisme. Du coup, ils se retrouvent dans le même camp que la droite qui, sous prétexte de protéger l’avenir de l’humanité, travaille au renforcement des inégalités dans le monde en continuant d’assassiner les populations les plus pauvres et en fermant de plus en plus hermétiquement les frontières des pays riches.

Ne cherchons pas: il n’y a pas d’autre moyen d’échapper aux catastrophes annoncées que de changer radicalement nos façons de vivre et toute notre organisation sociale. Cela permettra à toutes et tous d’avoir accès au minimum nécessaire pour mener une vie épanouissante, tout en respectant les limites imposées par la nature.

Posted in Books & Reports, Ecosoc Notebook, Population

,

Comments are closed.